Artiste
: Olga Boldyreff

Situation : IUT Saint Nazaire, murs de l'amphithéâtre

Commanditaire : Université de Nantes, 1% artistique dans le cadre de la construction de l'extension de l'IUT par les architectes Barré et Lambot (hall et amphithéâtre).

Réalisation : 2001

L'oeuvre : Dans le cas de cette commande, l'artiste a travaillé, dès le début du projet, en étroite collaboration avec les architectes. Installée dans le hall de l'IUT, elle propose aux étudiants de participer à la réalisation d'une cordelette en tricotin tout en discutant. La conversation s'engage et le tricotin passe de main en main, chacun tissant un petit bout de la corde. Ce qui reste de cette intervention dans les murs de l'IUT (outre, pour ceux qui étaient présents en 2001, la mémoire d'un moment de grande convivialité) se présente sous la forme de 6 photographies de grand format, sérigraphiées en noir et blanc sur les murs, représentant en gros plan les mains des étudiants actionnant le tricotin, et deux phrases, paroles des participants :

« Il y a du monde ; ça va, ça vient. Comme la queue du chat. La queue du chat ? Oui, ça va, ça vient, comme la queue du chat »

« Depuis que je suis ici, mes envies se précisent. On peut tout inventer, il suffit de laisser aller son imagination ».

Cette œuvre, créée dans l'échange, donne à ce lieu de technique et d'apprentissage une note gaie et ludique.

L'artiste et son travail : Olga Boldyreff est d'origine franco-russe. Elle vit à Nantes et se déplace beaucoup, empruntant les transports publics afin de multiplier les échanges et les rencontres. L'ensemble de son œuvre, inspiré par les préceptes de John Cage, confond l'œuvre et le processus de création. Le temps de création, dans un espace public qu'elle choisit, qu'elle partage avec un public invité à une réalisation collective, est en lui-même l'œuvre, au même titre que les objets qui en découlent. Son travail, dans lequel l'art et la vie se rejoignent, se situe à la fois dans les champs du dessin, de l'écriture (elle publie des ouvrages à la suite de ses interventions) et de la performance.

Depuis le début des années 80, elle a recours à des techniques populaires comme le tricotin, la pyrogravure et la broderie, qui apporte à son travail une grande gaîté.

Matériaux : tricotin, laine, photographies