• 20 mai 2021 > 21 mai 2021
    Maison des Sciences de l’Homme Ange Guépin 5 allée Jacques Berque, 44021 Nantes Cedex 1 Simone Veil Amphithéâtre
    false false
  • Jeudi 20 et vendredi 21 mai 2021
    De 14h00 à 18h00 sur la plateforme Zoom

Ces journées d’études font partie d’un projet ayant reçu un financement de la part de l’European Research Council (ERC), dans le cadre du programme de recherche et d’innovation European Union's Horizon 2020 (SyG grant agreement no. 810141), projet « EuQu – The European Qur’ān. Islamic Scripture in Europeran Culture and Religion 1150-1850 ».

Image source: ‘De mahomme qui donna loy aux sarazins’. Mahomet désigne la profession de foi inscrite sur un phylactère en caractères latins : ‘eila hilola mohamet…’ Illumination found via the web portal biblissima : https://portail.biblissima.fr/fr/ark:/4 Si l’Europe a dû attendre 1143 pour en tirer une traduction en langue latine et 1547 pour une version dans une langue vernaculaire (italien), elle a très vite pris connaissance de l’existence du Qur’ān, un ouvrage qui a, depuis toujours, suscité des réactions passionnées et contrastées, allant de l’attaque véhémente qui n’épargnait rien ni de son contenu, ni de sa forme à une reconnaissance de l’esthétique de ses traits stylistiques et de la qualité humaine universelle de son message.
Depuis l’étude pionnière de Thomas Burman (2009), Reading the Qur’ān on the Latin Christendom , la question de la perception qu’a eu l’Occident du livre saint de l’islam semble bien plus complexe qu’auparavant imaginée et se pose désormais avec force. De récentes études ont prolongé la réflexion. Face à la lecture latine du Qur’ān, Tristan Vigliano (2014)  parle d’un « impossible décentrement » ; Olivier Hanne (2019)  d’une familiarisation d’abord timide et progressive du Qur’ān qui devient ensuite une réappropriation des traits distinctifs de l’altérité. Ces études mettent bien en avant les tendances récurrentes de l’Occident face au Qur’ān et certains des biais variés par lesquels le lectorat occidental a tâché de comprendre, de le représenter et de se l’approprier.

L’objet de ces deux journées d’étude sera d’aborder les regards pluriels que l’Occident a portés sur le Qur’ān et de déceler les différentes attitudes qu’il a adoptées à son égard. L’accent est donc placé sur les lecteurs médiévaux du Qur’ān, entendant par « lecteurs » le large éventail de traducteurs, polémistes, commentateurs qui ont eu accès au Qur’ān ou à certaines de ses parties, au travers des mécanismes de lecture qu’ils ont mis en place, des idées et données tirées de ces lectures et de la façon dont ils les ont fait, ensuite, fructifier dans de nouveaux contextes.

Dans cette perspective, nous proposons d’interroger les axes de recherche suivants :
  1. Comment le Qur’ān est-il nommé, défini, figuré ?
  2. Comment le Qur’ān est-il jugé, évalué ?
  3. Comment le Qur’ān est-il lu et compris ?
  4. Comment le Qur’ān est-il utilisé, transformé, exploité ?
     
LISTE DES INTERVENANTS :


S'inscrire en ligne
 

Télécharger le programme

 

Image source:
‘De mahomme qui donna loy aux sarazins’. Mahomet désigne la profession de foi inscrite sur un phylactère en caractères latins : ‘eila hilola mohamet…’
Illumination found via the web portal biblissima : https://portail.biblissima.fr/fr/ark:/43093/ifdata0533cdd4ccf1018b8cb196661b8a00f07b602e4a