De septembre à décembre 2019, les artistes Louise Hochet et Mathilde Monjanel ont proposé à 16 étudiant·es de Master 2 Histoire, civilisations et patrimoine de participer au projet Tribu : une relecture de l'Histoire par l’intime en s’appuyant sur les souvenirs des générations passées à l’intérieur de sa propre famille.

Encadrés par l'enseignant-chercheur Yann Lignereux, le groupe a approfondi le lien étroit qu'entretiennent nos lignées avec l'Histoire, et ont développé une recherche sensible et subjective. Ainsi se sont croisées petites histoires et grande Histoire.



De septembre à décembre 2019, les étudiant·es ont été accompagné·es dans leur enquête par Mathilde Monjanel, réalisatrice sonore, et Louise Hochet, plasticienne, avec pour point de départ un objet hérité. C’est à partir de celui-ci que chacun·e a tissé le rapport à l’intime et à l’Histoire et a remonté le fil des événements qui ont amené l’objet à traverser les époques. La création sonore s'est appuyé sur des interviews, des écritures enregistrées et des sons collectés ; la création plastique sur des archives familiales (photographies lettres, objets,…) ou des archives reconstruites (dessins, écritures, plans…).
 
  • Une première présentation sonore et plastique s'est déroulée le 10 décembre à 18h au Pôle étudiant et une seconde a eu lieu lors de la Nuit Blanche des Chercheurs 2020
TRIBU à la Nuit Blanche des Chercheurs (février 2020)
TRIBU à la Nuit Blanche des Chercheurs (février 2020)
 TRIBU à la Nuit Blanche des Chercheurs (février 2020)

Présentation des artistes

Louise HochetAprès ses études de textile à l’école Duperré, à l’ESAAT de Roubaix et un passage à Berlin auprès de la compagnie de théâtre de rue Theatre Fragile, Louise Hochet s’installe dans les ateliers de La Briche à Saint- Denis (93) partagés entre 30 jeunes artistes et constructeurs. En 2014, elle pilote une résidence artistique à l’Université de Nantes «Art vivant Art utile». En 2016, invitée par l'Institut Français du Maroc, elle entame une recherche autour de la broderie, comme outil de partage et de transmission pluri-culturelle. En parallèle, elle costume les danseurs des créations d'Ambra Senatore (Centre Chorégraphique National de Nantes). Aujourd'hui, avec comme outils, le textile, le costume, l'image et la broderie, elle développe des projets in situ et cherche à y créer des espaces de rencontre, en privilégiant les relations humaines.

En 2018-2019 Louise Hochet a copiloté avec Mathilde Montjanel la résidence Café Poïpoï, sur le campus Tertre. Elles font toutes deux partie de la compagnie Brumes.

Mathilde monjanelDiplômée de l’Académie, Ecole Supérieure Professionnelle de théâtre en Limousin, Mathilde Monjanel est comédienne permanente au CDN-Nouveau théâtre de Montreuil pour une saison, puis travaille en tant qu’interprète avec Pierre Sarzacq, Nadia Xerri-L, Clément Pascaud… En parallèle de son travail d’interprète, elle se forme au documentaire sonore de création et à la fiction radiophonique. Entre 2013 et 2016, elle intègre le collectif Radio Charrette avec lequel elle développe des projets de création sonore liés à des contextes ou des territoires, notamment à l’Université de Nantes (Art vivant Art utile en 2013, Tertre Aléatoires en 2015). Avec Simon Le Moullec elle recueille des récits de voyages d'étudiantes nantaises pour Retour de mobilité en 80' en 2019.


Dans le cadre de Tribu, les deux artistes ont construit, en 2018-2019, avec les élèves d'une classe de 3ème d'un collège à Clisson et leurs enseignants d'Histoire et d'Arts Plastiques, une performance d'une heure qui balayait l'Histoire du XXème siècle, de 1914 à aujourd’hui.