https://www.univ-nantes.fr/medias/photo/univ-nantes05002-dsf5792_1666077866174-jpg
  • Du 19 novembre 2022 au 04 décembre 2022
    Campus Tertre
    TU-Nantes
    false false

Le chorégraphe et interprète Sylvain Riejou invite les étudiant·es et personnels de Nantes Université dans une création vidéo collective autour de la chanson de geste. Participez à un ou deux stages de création corporelle ouvert à toutes et tous, sans prérequis.

Une chanson de gestes est une petite danse, dans laquelle les gestes illustrent les paroles de la chanson sur laquelle on les exécute. Cette pratique est récurrente dans le travail de chorégraphe de Sylvain Riejou. Elle permet d’aborder l’écriture du geste, sa précision, son interprétation et sa musicalité. Elle convoque les principes fondamentaux de la danse (espace, rythme, forme et qualité de mouvement) tout en restant ludique. Il s'agit d'une porte privilégiée pour entrer dans la danse.

Chaque week-end débutera par un temps d’échauffement basé sur du travail rythmique et spatial puis le groupe déclinera le principe des chansons de gestes.

Deux stages au choix (possibilité de suivre les deux) : 

  • Samedi 19 et dimanche 20 novembre de 11h - 18h  au TU : Transmission de la danse, bases de la pratique et de l'écriture de la chanson de geste.
  • Samedi 3 et dimanche 4 décembre de 11h - 18h  au TU : Temps de pratique corporelle, écriture de la chanson de geste, captation vidéo.
 

> S'INSCRIRE <

---

Sylvain Riejou

Après l’obtention de son diplôme d’Etat de psychomotricien en 2004, Sylvain Riéjou décide de devenir danseur. Il rejoint alors la compagnie COLINE à Istres puis la formation EXTENSION du Centre de Développement Chorégraphique National de Toulouse.  En parallèle de son métier d’interprète, il se forme au montage vidéo en autodidacte et réalise des vidéos danse. Suite à une résidence de recherche à L’L (Bruxelles), il crée un premier solo : Mieux vaut partir d’un cliché que d’y arriver (2017). Ce one man show vidéo chorégraphique, initie un triptyque avec lequel il met en scène (non sans autodérision) ses questionnements d’artiste.