Suite à deux collaborations en 2017 et 2019, Stereolux et l’Université de Nantes ont mis en place un nouveau projet associant un artiste numérique, un enseignant-chercheur et des étudiant·es de l’Université de Nantes sur ce second semestre 2020-2021.

Un groupe de 20 étudiant·es en L2 en sciences participera à 16h de TD encadrés par l'artiste Mathieu Le Sourd (Maotik) et l'enseignant-chercheur Baptiste Chantraine, entre février et avril 2021.

Interactions entre arts numérique et sciences

L'artiste Maotik encadrera la partie arts numériques afin de permettre au groupe de découvrir le logiciel Touch Designer, un logiciel de programmation graphique permettant de créer des projets multimédia des plus diverses. Les étudiant·es auront alors les clés pour créer des systèmes interactifs, des visuels 3D en temps réels ou simplement pour prototyper leurs idées.

Les aspects scientifiques seront abordés par l'enseignant-chercheur Baptiste Chantraine. Il guidera les étudiant·es dans leurs explorations et mettra en perspective certains points scientifiques de leur travail. Il encouragera une approche géométrique de leur projet et abordera certaines questions liées à la représentation d’objets en grande dimension, la déformation de figures géométriques et des liens possibles avec la mécanique et l’optique géométrique.

Le travail donnera lieu à une restitution par les étudiant·es à la fin du semestre.

Une résidence à Stereolux et sur le campus

Des temps de résidence au sein du Laboratoire de Mathématiques Jean Leray de l’Université de Nantes et à Stereolux sont prévus pour l'artiste en avril afin qu'il puisse échanger avec des chercheurs et chercheuses, de manière à alimenter un projet artistique en lien avec les ateliers.

L'artiste

Maotik
Maotik est un artiste numérique français qui concentre son travail sur la création d'environnements multimédia immersifs, d'installations interactives et de performances audiovisuelles.

 

L'enseignant-chercheur

B chantraine
Baptiste Chantraine est enseignant-chercheur en mathématiques à l’université de Nantes. Il s’intéresse à l’étude de certains objets provenant de la géométrie différentielle (appelés sous-variété legendriennes) au moyen de l’algèbre.