Étudiants-entrepreneurs de la promotion Starter, programme d'accompagnement labellisé Pépite, ils racontent comment ils vivent le confinement, comment ils s'adaptent à celui-ci et si cette période remet en question leur projet. Porteuse du projet "Red Evil", Emy raconte son expérience du confinement.

Emy - étudiant-entrepreneur - Université de Nantes
"Je suis toujours autant déterminée, confinement ou pas."


Carte d'étudiante-entrepreneure //

 
  • Prénom : Emy
  • Nom du projet : RED EVIL
  • Parcours universitaire : Master 2 Marketing Vente, IAE de Rennes

Peux-tu "pitcher" ton projet en quelques lignes ?

 

RED EVIL est une marque de vêtements pour métalleux, inspirée d’un style de tatouage émergent et innovant.
 

Aujourd'hui, comment vis-tu cette période en tant qu’étudiante-entrepreneure ?

 

Je suis du genre très positive. L'endroit où je suis confinée est très lumineux, donc tout va bien pour moi !
 

Comment t’organises-tu ? Comment concilies-tu travail et vie perso ?

 

J’ai un très bon équilibre avec une routine qui me convient. Sport, cuisine de plats équilibrés, planification de mes tâches quotidiennes, contacts avec mes proches. Je fais en fonction de mon énergie du moment pour le travail. Et ça marche plutôt bien !
 

Cette période extra-ordinaire provoque-t-elle une remise en question de ton projet ?

 

La motivation varie selon les jours comme pour nous tous. Cependant, je suis toujours autant déterminée, confinement ou pas.

Le développement personnel m’a permis d’éclaircir certains points. Pour autant, mon projet est clairement défini, il n’y a plus qu’à passer à la phase opérationnelle quand l’activité économique du pays reprendra.
 

Le confinement t’apporte-t-il malgré tout des choses sur le plan personnel et/ou entrepreneurial ?

 

Le confinement apprend à se créer une routine de la réussite, à gérer ses variations d’énergie. Nous partageons nos quotidiens de jeunes entrepreneurs via le groupe Messenger de la promo. On est tous dans le même cas et on se soutient.
 

Ton conseil pour "bien vivre" le confinement ?

 

Écrire sur un tableau blanc un objectif (voire deux) par jour. Tant que LA tâche n’est pas réalisée, alors la journée n’est pas terminée.