Étudiants-entrepreneurs de la promotion Starter, programme d'accompagnement labellisé Pépite, ils racontent comment ils vivent le confinement, comment ils s'adaptent à celui-ci et si cette période remet en question leur projet. Basketteur et habitué des interactions sociales, Jad Tarsissi confie avoir du mal à s'adapter à la situation.

Jad Tarsissi - étudiant-entrepreneur - Université de Nantes
"Je sais malgré tout que l’entrepreneuriat reste ma voie, cela n’a pas changé."


Carte d'étudiant-entrepreneur //

  • Nom : Tarsissi   
  • Prénom : Jad
  • Nom du projet si existant : Room
  • Parcours universitaire : Master 2 STAPS Management du Sport

Le projet //

Je souhaite créer, Room, un réseau social sous la forme d’une application mobile destinée à celles et ceux qui s’intéressent à l’actualité sportive.

Le confinement //

L’annonce :

Les premières questions que je me suis posé étaient liées au suivi de mon projet. J’avais beaucoup d’attentes avec le programme Starter et mes appréhensions étaient que les ateliers soient d’une part annulés et d’autre part en visio-conférence, système n’étant pas optimal pour ma part.

Expérience, adaptation, organisation :

Personnellement, j’ai du mal à m’organiser et je n’arrive pas à accorder de temps à mon projet entrepreneurial. Je procrastine et ne réalise mon travail qu’au au dernier moment. Les seules échéances que j’arrive à bien respecter sont les rendez-vous en visioconférence.

Par ailleurs, étant basketteur en club, les compétitions me manquent tout comme les entraînements qui me permettent non seulement de me canaliser, de me concentrer mais aussi de rythmer mon quotidien.

L’accompagnement à distance :

J’ai bien plus de difficultés à me sentir concerné par mon travail alors qu’il s’agit pourtant de mon projet. La distance me démotive quelque peu car l’accompagnement à distance ne me correspond pas vraiment. D’une part, je ne possède pas une bonne connexion internet ce qui me bloque pour les ateliers, le suivi ou encore le travail personnel de recherche.
D’autre part, j’aime travailler avec les autres, j’aime les interactions, les échanges, le fait d’interrompre, de se faire interrompre, rebondir, questionner, etc.

Confinement et projet entrepreneurial :

Ma motivation et mon enthousiasme sont impactés par cette période même si les ateliers que nous faisons régulièrement arrivent à me rebooster. J’avais probablement « besoin » que des experts, qui possèdent des compétences et des connaissances dans le domaine qui m’intéresse puissent m’aiguiller, m’orienter, peut-être même m’encourager … et c’est très compliqué de ressentir tout cela en distanciel. Je sais malgré tout que l’entrepreneuriat reste ma voie, cela n’a pas changé.

Le projet a lui aussi été remis en question, mais dans le bon sens, puisque les ateliers, les suivis et les « Pépites conseils » (temps d’échange avec des professionnels) m’ont amenés à de nouvelles pistes de réflexion. Ayant suivi le parcours « Emergence », j’ai l’impression que mon projet initial est chamboulé mais il s’affine.

Sans être « trop » négatif, cette période ne m’apporte que peu de choses sur le plan personnel et entrepreneurial. Je vais tout de même bien, d’un point de vue santé physique et psychologique, il n’y a pas de soucis là-dessus.

Le conseil de Jad pour « bien » vivre le confinement :

Mon conseil serait de ne pas regarder les informations à longueur de journées car c’est anxiogène. Mais il est nécessaire de rester informé malgré tout des grandes décisions prises par le gouvernement.