• Le 14 février 2011
    Campus de Saint-Nazaire

Créé en septembre 1970, l’Institut Universitaire de Technologie (IUT) de Saint-Nazaire, fête cette année ses 40 ans d’existence. Rencontre avec son directeur, Ronald Guillen.


Ecoutez l'interview de Ronald Guillen, directeur de l'IUT de Saint-Nazaire



télécharger ce mp3  |  ajouter à votre site


40 ans après sa création, comment jugez-vous l'évolution de l'IUT de Saint-Nazaire ?
"L'IUT est aujourd'hui bien établi et reconnu dans son activité de recherche et dans sa formation. Il a la chance de se trouver, à Saint-Nazaire, dans un environnement socio-politico-économique très favorable. C'est ce qui a permis, je crois, le développement de l'enseignement supérieur à travers une formation et une recherche de qualité. L'interaction qui existe entre ces deux pôles est une des clés de la réussite de l'IUT."

La recherche a été l'un des points de départ et est aujourd'hui l'un des atouts majeurs de l'IUT. Comment se définit-elle ?
"La recherche s'est avant tout développée en fonction du tissu économique local. Dans les années 80-90, Saint-Nazaire a décidé de diversifier son activité et de s'appuyer sur une autre industrie que l'industrie navale, comme l'aéronautique avec des entreprises comme Airbus. L'IUT s'est engagé dans cette voie en axant la recherche de ses laboratoires sur des thématiques fortes liées à ce nouveau contexte économique en créant par exemple les laboratoires en Génie des procédés et Génie électrique."

Dans quelle mesure la recherche impacte le contexte économique local aujourd'hui ?
"Notre recherche, au départ appliquée, évolue, depuis le début des années 90, vers une recherche fondamentale, portée de plus en plus vers le transfert de technologie. C'est dans ce cadre qu'est né, par exemple, le Centre de recherche et de transfert de technologie (CRTT), dont l'Université de Nantes a été l'un des initiateurs, et qui héberge aujourd'hui des laboratoires de recherche. Autre exemple, la Plate-forme technologique de la créativité industrielle de Saint-Nazaire (PFTCI) qui permet aux entreprises, notamment aux PME, de développer leurs projets en lien avec des étudiants de Licences Professionnelles."

Ville maritime et portuaire, Saint-Nazaire n'a pourtant pas choisi de développer de recherche liée à cette activité. Pourquoi ?
"C'est vrai. Saint-Nazaire à la chance et l'opportunité d'être une ville marquée par l'activité navale depuis des années sans que l'IUT ne s'implique véritablement dans cette voie. Néanmoins, la relation avec l'environnement maritime existe, notamment avec le laboratoire GEPEA qui travaille sur les micro-algues et la composante génie civil du GeM qui travaille sur les ouvrages littoraux et fluviaux. Mais c'est un des enjeux futurs de l'IUT."

Dans un contexte économique dynamique, quelle place prend la formation professionnelle au sein de l'IUT ?
"Il existe un lien fort et évident entre la formation, la recherche et le monde économique. L'IUT de Saint-Nazaire compte aujourd'hui 11 licences professionnelles nées soit en interne, à l'IUT, soit de l'initiative d'entreprises. Notre objectif est bien sûr de les développer mais à condition qu'elles soient en adéquation avec l'offre et la demande du marché du travail et qu'elles soient soutenues par les entreprises elles-mêmes, par l'accueil d'étudiants en stage notamment."

Résultat : l'offre de formation est aujourd'hui un facteur de réussite de l'IUT de Saint-Nazaire...
"Oui. Aujourd'hui, 85% de nos étudiants de Licences Professionnelles s'insèrent dans le monde du travail à la fin de leurs études. Il en va de même pour nos DUT. La moitié des étudiants trouvent un travail, l'autre moitié poursuit vers des écoles de commerce ou d'ingénieurs. Il y a un intérêt à développer l'attractivité de ces licences."

A l'avenir, quels sont les futurs enjeux de l'IUT de Saint-Nazaire ?
"Il y a 40 ans, l'IUT a posé la première pierre de l'enseignement supérieur à Saint-Nazaire et compte bien aujourd'hui se développer encore, en accentuant notamment son impact dans les domaines du Génie civil et du Génie des procédés, mais également en développant une formation technologique de Bac à Bac +8."