Intervenante :
Laurence Vilaine, écrivain

Descriptif

Il est toujours des instants qui nous « transforment » : un voyage à des kilomètres ou un simple tour du pâté de maison, un signe de la main qui devient conversation, un paysage comme une photographie imprimée, la phrase d'un livre qu'on retient à notre insu ou la scène d'un film qui fait miroir, un visage dans la foule, un nuage en forme de lapin, une caresse osée, un regard en coin...

Après ces instants-là, qui nous arrêtent dans notre course, on regarde la minute qui suit un peu autrement - ce ne sont pas les mêmes couleurs dans les yeux, ni le même noir et blanc.

« Ne voyez-vous pas que tout ce qui arrive est toujours un commencement ? » écrivait le poète Rainer Maria Rilke. L'atelier sera le lieu pour explorer « ce qui arrive » et nous fait « devenir » : les mots feront des arrêts sur images, tenteront de saisir ces instants.

Comment ? À partir de textes partagés à voix haute, à partir d'un souvenir, d'une image attrapée au vol, par le biais de l'autobiographie ou de la fiction. Les champs littéraires seront libres et multiples. L'atelier est un espace « où l'on fabrique ensemble », dans une salle, à une table, mais pourquoi pas aussi dehors, dans la rue, dans la ville, en territoire connu ou non. À partir de ce qui fera miroir et déclenchera l'écriture.

Les textes écrits en atelier feront l'objet d'un travail de réécriture : ils seront travaillés, malaxés, ciselés... en vue d'être réunis et publiés dans un recueil au terme de l'année universitaire.

Informations pratiques

  • Ouvert à tous, sans prérequis
  • Nombre de participants : 15
  • Lieu : Pôle étudiant, Campus Tertre
  • Semestres : 1 et 2
  • Séances : lundi soir 18h-20h

Présentation de l'artiste

Laurence Vilaine est écrivain. Le silence ne sera qu'un souvenir est son premier roman (Gaïa, 2011 et Poche Babel, 2014 / Prix des Grandes Écoles et le Prix ENS Cachan 2012). Son deuxième roman, La grande ville, paraît en août 2016.

En parallèle de ses chantiers romanesques, elle conduit des ateliers d'écriture, et développe des projets permettant d'aller à la rencontre des autres, des habitants du territoire qui l'accueille. Elle travaille actuellement sur la création « J'entends des chants de femmes », une écriture à plusieurs mains pour une lecture à plusieurs voix, avec des femmes à Alger. Sa démarche et son écriture vont de pair, qui tentent de tracer un chemin pour écouter ce que murmure ou crie l'autre, ce que dit et ce que cache le monde - le vaste monde qui l'entoure, et en retour, inévitablement, le sien, un peu enfoui, tout au fond.

Photo : crédit Gaël Le Ny