• Le 28 avril 2011

Fabrice Fleury, Maître de conférences en biochimie à la Faculté de Sciences et Techniques, présente son projet de recherche avec l'université Laval

  • Pourriez-vous vous présenter ainsi que le sujet de vos recherches ?

MCU depuis plus de 10 ans à l'Université de Nantes, je réalise ma recherche dans l'Unité UMR CNRS 6204 "Unité de Biotechnologie, Biocatalyse et Biorégulation" à la Faculté des Sciences.

Je m'intéresse aux protéines de réparation de l'ADN qui peuvent être à l'origine de problèmes de résistance aux traitements anticancéreux. Mon objectif est de mieux comprendre les processus de réparation des cassures doubles brin de l'ADN, impliquant particulièrement la voie de réparation par recombinaison homologue.

 

  • Pouvez-vous présenter le contexte dans lequel s'inscrit votre projet de recherche avec l'équipe partenaire ?

Notre projet de coopération de recherche scientifique et technologique s'inscrit dans le programme Samuel de Champlain qui vise à favoriser la mobilité des chercheurs  entre la France et le Québec sur deux ans. Notre projet entre dans le thème Biotechnologie soutenu par ce programme financé par le Consulat Général France au Québec.

 

  • Quels sont les objectifs de votre projet, en quoi consiste-t-il ?

Notre partenaire Québécois, Jean-Yves Masson, chercheur au Centre de Recherche en Cancérologie de l'Université Laval a une renommée internationale dans le domaine de la régulation de la réparation de l'ADN par recombinaison homologue.

Notre collaboration récente est parfaitement complémentaire puisque notre principal objectif est de mieux comprendre le réseau d'interactions impliquant ces voies de réparation. Pour ce faire, nous mettons en place un outil de biopuce à anticorps dédié à la réparation de l'ADN, qui pourra nous renseigner sur les variations d'expression et de modifications post-traductionnelles des protéines du reparatome en réponse aux dommages de l'ADN. 

 

  • Quelles perspectives de collaboration voyez-vous entre les équipes de recherche ?

Ce type de programme renforce les échanges de chercheurs entre la France et le Québec et surtout ouvre des perspectives intéressantes pour nos étudiants puisqu'il facilitera la mise en place de thèses de co-tutelle entre les deux pays.

Les résultats attendus seront valorisés par leur publication dans des journaux à comité de lecture et pourront faire l'objet de présentation à des congrès nationaux et internationaux. Un dépôt de brevet de la micropuce pourra également être envisagé.


L'université de Nantes collabore également avec l'université Laval pour développer la mobilité étudiante dans les domaines du Droit et des Sciences politiques, ainsi qu'en Ingénierie.

Partenaires

Université Laval