• Le 23 septembre 2014
    Campus de La Roche-sur-Yon

Le Laboratoire de génie des procédés, environnement, agroalimentaire (GEPEA - UMR 6144 CNRS / Université de Nantes) et la société VigiCell ont créé, début 2014, un laboratoire commun de gestion préventive de la qualité de l’eau. Bâtit sur un socle fort d’innovation, le "Vigiwater Lab" a pour ambition de devenir un centre de référence de recherche, d’innovation et de formation au niveau international dans le domaine de la métrologie de la qualité de l’eau.

La pollution généralisée des milieux aquatiques, la démographie et l'urbanisation galopante et l'impact  grandissant des changements climatiques ont fait de la gestion durable de l'eau un enjeu majeur de santé et d'environnement doublé d'un enjeu économique et stratégique. "D'une part car le secteur est créateur d'emploi et exportateur et d'autre part car une bonne qualité de l'eau est indispensable au bon développement de tous les autres secteurs industriels", explique Gérald Thouand, chercheur au laboratoire GEPEA et coordinateur du projet Vigiwater. "Il est donc nécessaire de mettre en place de nouveaux outils de diagnostic pour pouvoir piloter la transition vers l'efficacité hydrique et la gestion des milieux naturels."

Pour répondre efficacement aux mutations en matière de santé et d'environnement dans le secteur de l'eau, le laboratoire de génie des procédés, environnement, agroalimentaire (GEPEA) a mis en place un laboratoire commun (LabCom) permettant de mutualiser les compétences et les moyens entre acteurs publics et privés dans le domaine de l'eau. "Le projet vise à être un tel centre de collaboration efficient, autour duquel se structureront d'autres collaborations publiques et privées", souligne Gérald Thouand. "Ce modèle d'innovation par fertilisation croisée permettra ainsi d'allier intérêts publics et privés et aidera à l'accroissement significatif et durable de la compétitivité des territoires français, notamment en Sud-Loire."

Lancé début 2014 le LabCom Vigiwater Lab a pour objectif d'apporter des solutions sur le long terme tout en apportant des solutions techniques atteignables à court terme. Soutenu par la communauté d'agglomération de La Roche-sur-Yon et hébergé au département génie biologique, à l'IUT de la Roche-sur-Yon (campus de la Courtaisière), le laboratoire accueille dans les mêmes locaux la société VigiCell.

Neuf mois après son installation à La Roche-sur-Yon, VigiCell participe aujourd'hui à 3 grand projets retenus au niveau national en juillet dernier, sur le thème "Innovation et changements de pratiques : micropolluants des eaux urbaines". La société a également lancé une opération de financement participatif (crowdfunding) sur la plateforme Wiseed  qui doit permettre à Vigicell de passer la vitesse supérieure dans le domaine de l'évaluation de la qualité de l'eau.