• Le 10 octobre 2012

L'équipe de recherche Conversion et Stockage de l'Energie Solaire (CESES) de l'Institut des Matériaux Jean Rouxel (IMN - UMR_C 6502) développe actuellement des cellules photovoltaïques qui permettront d'augmenter l'autonomie énergétique des futures tablettes tactiles. Les premiers prototypes bénéficiant de cette technologie devraient voir le jour en 2014.

Les futures tablettes numériques pourront-elle un jour fonctionner de manière autonome ? C'est en tout cas l'idée lancée en janvier 2012 par une entreprise française (Wysips) à laquelle l'Institut des Matériaux Jean Rouxel (IMN) s'est associé en collaboration avec de nombreux partenaires industriels (Archos, Gemalto...) et académiques (Laboratoire de Physique des Interfaces et des Couches Minces - ParisTech). "Aujourd'hui, les tablettes sur le marché sont de plus en plus gourmandes en ressources et manquent d'autonomie", explique Ludovic Arzel, membre de l'équipe de recherche Conversion et Stockage de l'Energie Solaire (CESES) de l'IMN Jean Rouxel.

  • Un rendement de 18% obtenu en laboratoire

Pendant plusieurs semaines, l'équipe de recherche nantaise (Ludovic Arzel, Lionel Assmann, Nicolas Barreau, François Couzinie-Devy) a donc mis au point une toute nouvelle cellule photovoltaïque à base d'absorbeur CIGS (alliage de cuivre, gallium, indium et sélénium) permettant d'obtenir les meilleurs rendements énergétiques actuellement possibles pour les cellules solaires en couches minces. Par conséquent cela permet une autonomie plus grande aux tablettes. "Avec ces cellules photovoltaïques, nous obtenons plus de 18% de rendement en laboratoire. L'IMN est actuellement le seul laboratoire en France à disposer d'un tel rendement très proche du record mondial (20%)", souligne Ludovic Arzel.

  • Un premier prototype en 2014

Les premières cellules photovoltaïques ont depuis été intégrées à un système lenticulaire, entre la dalle de l'écran et le composant tactile. Le dispositif complet équipera dans les prochains mois les futures tablettes. "Actuellement, notre travail consiste à optimiser le rendement de nos cellules photovoltaïques, en lien avec l'entreprise. Le procédé d'ingénierie optique utilisé par Wysips pour les rendre transparentes, presque invisibles, a pour effet de les dégrader et de les rendre moins efficaces. Notre objectif est donc de pouvoir fournir, à terme, un rendement au-delà des 16 % aux tablettes". D'ici 2014, cette nouvelle technologie devrait équiper les prochaines tablettes bénéficiant de la 4G (connexion internet à très haut débit) de se recharger automatiquement en cours d'utilisation et d'augmenter sensiblement leur autonomie à partir de n'importe quelle source lumineuse.