Personnel de l'université

Antoine MAGNAN

Coordonnées

Inserm UMR 915 l'institut du thorax IRT - UN 8 quai Moncousu BP 70721 44007 Nantes Cedex 1

Bureau
209b
Tél
0228080126 (320126)
Mail
Antoine.Magnan@univ-nantes.fr

Activités / CV

Activités de Recherches en cours
-HDR
Université de Marseille (1999)
-Publications :
-Pub Med

Corps

PUPH

Informations complémentaires

Equipe : AVENIR

Thème : Immunopathologie des maladies respiratoires
Situation / Catégorie : PUPH

Contrats de Recherche:
Etude COLT : COhort in Lung Transplantation

Vaincre La Mucoviscidose, PHRC national 2009, Inserm, Agence de Biomédecine, Région Pays de la Loire, Pôle de compétitivité Atlantic Biothérapies

Coordinateur du projet (10 centres impliqués)

2009 - 2017

 

La bronchiolite oblitérante (BO) constitue la principale cause à moyen et long terme de perte fonctionnelle du greffon pulmonaire. De nombreux acteurs cellulaires semblent impliqués dans le mécanisme physiopathologique du développement de la BO, mais n'ont jamais été étudiés sur une cohorte multicentrique dans un travail longitudinal prospectif.

Le but de cette étude est de rechercher de nouveaux biomarqueurs spécifiques et prédictifs du développement de BO sur une cohorte de 500 patients nouvellement transplantés pulmonaires (COLT). Le projet COLT passe par la mise en place d'une base de données clinico-biologique, associée à une bio-collection et à des projets spécifiques utilisant ces ressources. La cohorte COLT sera constituée dans 10 centres coordinateurs de transplantation pulmonaire français.

Les patients seront suivis sur 5 ans avec réalisation de prélèvements sanguins et de prélèvements in situ. Les projets spécifiques incluront un immunomonitorage, une analyse des polymorphismes génétiques, ainsi qu'une analyse protéomique et transcriptomique par microarray. La bio-collection comprendra des échantillons d'ARN, d'ADN, de sérums, de cellules et de biopsies.

Le projet COLT qui s'échelonne sur 8 ans, permettra ainsi l'identification de marqueurs prédictifs du développement précoce de la BO et des patients à risque de développer cette pathologie. Enfin, COLT permettra l'identification de cibles potentielles pour de futurs traitements de la BO.

 

Etude EXPRESA : Facteurs prédictifs de la survenue d'exacerbations chez l'asthmatique sévère

PHRC interrégional 2007, Inserm programme Avenir

Coordinateur du projet (6 centres impliqués)

2007 - 2010

 

Les exacerbations de l'asthme sévère sont responsables de l'essentiel des dépenses de santé liées à l'asthme et représentent la part la plus grave de la morbidité de l'asthme. L'identification de marqueurs pertinents dans la survenue des exacerbations sévères, permettrait la décision de l'adaptation précoce du traitement et la prévention de ces évènements. Des marqueurs prédictifs tels que l'éosinophilie de l'expectoration induite (EEI) ou la mesure du NO exhalé ont été validés mais sont de réalisation difficile et coûteuse.

Expresa, étude multicentrique, prévue sur 3 ans, a pour objectif de valider certaines populations lymphocytaires pour leur caractère prédictif des exacerbations, en les comparant aux marqueurs déjà identifiés (NO, EEI) et en fonction des facteurs déclenchant infectieux ou non. 45 patients asthmatiques sévères seront inclus dans cette étude. Les patients seront suivis chaque mois pendant un an. A chaque visite, des prélèvements ainsi qu'une mesure de la fonction respiratoire sont réalisés et des questionnaires sont posés. Un immunomonitorage est systématiquement réalisé. Le déclenchement des exacerbations par des infections virales sera documenté par une recherche des principaux virus en cause.

L'identification de marqueurs prédictifs des exacerbations chez les asthmatiques sévères permettra de tester ultérieurement la pertinence d'une prise en charge fondée sur ces marqueurs, dans le but de prévenir les exacerbations.

 

 

Rôle des lymphocytes T CD8+ dans la survenue des exacerbations dans un modèle in vivo d'asthme

Inserm programme Avenir, Région des Pays de la Loire, Société Française d'Allergologie

Porteur du projet

2007 - 2012

 

L'asthme est une pathologie facile à contrôler dans la plupart des cas, mais qui entraine encore aujourd'hui en France 2000 décès par an, lors d'exacerbations graves de la maladie. Alors que l'asthme est considéré comme une pathologie où les lymphocytes CD4+ spécifiques de l'allergène entrainent éosinophilie et hyperréactivité bronchique, plusieurs études ont décrit chez l'homme un rôle des CD8+ dans les exacerbations. Cependant, les populations CD8+ impliquées sont peu connues.

Dans ce projet, nous souhaitons utiliser un modèle in vivo d'asthme induit par des allergènes classiques, afin étudier le rôle des populations lymphocytaires dans l'inflammation liée aux exacerbations. Ce rôle sera apprécié après comparaison des mesures des résistances des voies aériennes obtenues en réponse à la métacholine, dans des modèles pré-cliniques sauvages, déficients en molécules de CMH I ou en molécule de CMH II. Différentes populations de lymphocytes ainsi que les cytokines produites par les lymphocytes seront identifiées dans le sang et le lavage broncho-alvéolaire par cytométrie de flux. 
Ce travail pourrait permettre de mettre en évidence une population lymphocytaire spécifique, impliquée dans la survenue des exacerbations dans un modèle pré-clinique d'asthme.