• Le 06 janvier 2017

Place forte dans le domaine de la recherche et de l’innovation en santé, la métropole nantaise a pour ambition de devenir un carrefour à l'échelle nationale et européenne. Preuve en est avec l’Institut de Recherche en Santé (IRS) 2 et Nantes Biotech inaugurés à proximité du futur CHU. Porté par l’Université de Nantes, ce regroupement unique dédié à la recherche autour des maladies infectieuses, de la thérapie génique et des bio-statistiques représente la première brique du futur Quartier de la Santé.

La recherche nantaise dans le domaine des sciences de la santé s'est considérablement développée depuis ces 20 dernières années, regroupant aujourd'hui plus de 1 200 personnels de recherche sur la métropole. Cette dynamique forte, portée par l'Université de Nantes, le CHU, le pôle de compétitivité Atlanpole BioThérapies, les acteurs locaux et les instituts nationaux de recherche, se confirme aujourd'hui avec l'ouverture de deux nouveaux programmes immobiliers sur l'Ile de Nantes : l'Institut de Recherche en Santé (IRS) 2 et Nantes Biotech.

Ouverts aux entreprises en biotechnologie, ces deux nouveaux bâtiments permettent désormais d'accueillir dans les meilleures conditions plusieurs équipes de recherche autour des maladies infectieuses et des bio-statistiques actuellement en plein développement à Nantes. Autre avantage, ils permettent de favoriser les échanges et de renforcer les liens entre la recherche et le monde socio-économique spécialisées dans les biotechnologies, critère incontournable dans la dynamique de développement d'un Pôle santé-biotechnologies sur l'Ile de Nantes.

"Notre enjeu collectif est de garantir aux citoyens nantais et à nos patients que demain ils accèderont à des soins à la pointe de la recherche, prodigués par des professionnels de santé formés au plus haut niveau. L'enjeu est aussi celui du rayonnement scientifique de notre université qui aujourdhui porte au plus haut sa candidature dans le cadre des appels à projets investissements d'avenir I-site et dont la santé du futur est un des axes structurants", déclare Olivier Laboux, président de l'Université de Nantes.