• Le 20 février 2018

Plusieurs dizaines de millions de citoyens européens sont partiellement édentés et n'ont pas suffisamment d'os maxillo-facial pour le placement d’implants dentaires. Un consortium de chercheurs européens (MAXIBONE) porté par le laboratoire Phys-Os (Université de Nantes – Inserm - CHU de Nantes) et coordonné par le professeur Pierre Layrolle, a obtenu un financement de la commission européenne pour le développement de recherches cliniques en médecine régénératrice sur le sujet.

Projet MAXIBONELes chercheurs étudient la possibilité d’une régénération osseuse maxillo-faciale à partir de cellules souches mésenchymateuses et de biomatériaux. Un essai clinique sera réalisé sur 150 patients afin d’évaluer cette nouvelle approche de médecine régénératrice par rapport à une "simple" greffe osseuse. Le recrutement des patients sera effectué dans 10 grands centres hospitaliers européens, dont le CHU de Nantes. La production des cellules souches se fera dans les instituts de transfusion sanguine allemands et français.

Suite de REBORNE, le projet MAXIBONE permettra également la fabrication de substituts osseux par impression 3D à partir d’images scanner de patients et leur association avec des cellules souches.