Vous êtes ici : Accueil université > La recherche > Formation des Docteurs > Portraits de docteurs et de doctorants

Portrait de docteur : Gilles Bredeloup

A- A+ Aa
C'est en 1976 que Gilles Bredeloup entreprend des études à l'Université de Nantes. Dans le même temps, il commence à enseigner comme instituteur. C'est donc un parcours complexe que Gilles entame alors en tant qu'étudiant avec le statut de salarié, après un premier cursus en Lettres modernes qui aboutit à une maîtrise puis un DEA en Didactique et sciences de l'éducation.

En parallèle à ses activités d'enseignement comme instituteur puis comme professeur des écoles, ce parcours est marqué par des relations avec plusieurs pays européens. Il profite ainsi de différents séjours dans des pays où il vit et enseigne, notamment la Finlande, pour mettre en place différentes innovations dans le domaine pédagogique. Il développe ainsi des pratiques interactives fondées sur l'expression dramatique. La Finlande, où il vit, enseigne et fait des recherches pendant plusieurs années, lui inspire notamment une méthode d'enseignement du français langue étrangère par le théâtre pour adultes et adolescents.

Les bouleversements en Europe de l'Est, au tournant des années 1990, le conduisent ensuite en Roumanie. Dès 1990, il commence à y expérimenter sa méthode qu'il présentera dans le cadre du mémoire de DEA et qui évoluera jusqu'à la fin de sa thèse de doctorat. C'est une collaboration avec des institutions roumaines accueillantes, en particulier l'université "1 décembre 1918" d'Alba Iulia, qui favorise grandement l'élaboration de sa méthode.

Et demain ?


Ayant terminé avec succès sa thèse, Gilles souhaite désormais transmettre le fruit de ses recherches. Par exemple en initiant des formateurs à sa méthode qui, par-delà les objectifs initiaux, est non seulement efficace pour l'enseignement du français langue étrangère mais aussi, plus largement, pour la formation à la communication.

Il souhaiterait également voir sa méthode adaptée à l'enseignement d'autres langues et d'autres cultures, à commencer par celles qu'il connaît le mieux : le roumain, le finnois mais également l'espagnol et l'anglais. Désireux d'y ajouter l'allemand, Gilles a entrepris son apprentissage ainsi qu'une étude approfondie de la culture germanique

A savoir



Mis à jour le 25 juin 2012 par Julien PATRON