Vous êtes ici : Accueil université > L'international > Actualités > Partenariats

International, Recherche / Culture scientifique

Thierry Guineberteau, enseignant-chercheur à l'IGARUN, bénéficie d'une bourse de complément de spécialisation pour une mobilité au Canada

A- A+ Aa

20 juillet 2010

Thierry Guineberteau, enseignant-chercheur en géographie, bénéficie d'une bourse de complément de spécialisation du gouvernement canadien, et réalisera une mobilité au Canada de fin août à fin septembre 2010

La bourse de complément de spécialisation du gouvernement canadien permet aux lauréats d'effectuer une mobilité au Canada afin de réaliser les recherches nécessaires à la préparation du cours sur le Canada ou d'études comparées. La bourse prend en charge le déplacement et finance les frais de séjours (1 mois au maximum).

  • Pouvez-vous vous présenter ainsi que le contexte de votre mobilité ?

Je suis géographe spécialisé en aménagement des territoires et en géographie littorale, enseignant-chercheur à l'Université de Nantes, Directeur-adjoint de l'IGARUN (Institut de Géographie et d'Aménagement Régional de l'Université de Nantes). Je suis membre du laboratoire nantais Géolittomer (LETG UMR 6554 CNRS) et du Pôle Mer et Littoral de l'Université de Nantes (PML - FED 4111).

J'interviens dans différentes formations « professionalisantes » de l'Université de Nantes dont les cours seront fortement ou ponctuellement modifiés par les éléments issus de cette bourse de complément de spécialisation : M1 « géographie et aménagement », M2 « géographie et aménagement des espaces maritimes », M2 « Villes et territoires », M2 « Ingénierie en projets européens et internationaux »

Je suis impliqué dans différents programmes pluridisciplinaires tels le programme régional FEMMAR ou l'ANR GéCOPe.

J'étais par ailleurs responsable du programme ORECOLM (Observatoire en réseau des conflits littoraux et maritimes) qui s'est terminé à la fin 2009, et qui a notamment contribué à renforcer les liens avec des collègues canadiens. Ce programme financé par la Région Pays-de-la-Loire associait trois laboratoires SHS du Pôle Mer et Littoral (les économistes du LEMNA, les juristes du CDMO et les géographes de Géolittomer) et les juristes de l'UMR DCS, en partenariat avec la MSH Ange Guépin.


  •  Quel est le projet que vous mènerez au Canada ?

C'est un projet-formation. Comme indiqué ci-dessus, le projet financé vise l'introduction d'éléments relatifs au Canada dans les enseignements de Master-pro dispensés à l'Université de Nantes. Trois grands champs thématiques sont plus spécialement concernés :

  • Territoires et acteurs de la gestion,
  • Gestion intégrées des zones côtières,
  • Conflits et aménagement.

  • Dans quel(le) université/laboratoire réaliserez-vous votre mobilité ?

Ce projet implique des réseaux/correspondants du Québec et du Nouveau-Brunswick avec notamment les universités de Montréal et l'ENAP (Ecole nationale d'administration publique), l'Université Laval (Québec), l'UQAR (Université du Québec à Rimouski) et l'Université de Moncton (y compris Campus de Shippagan).

Au-delà de ces contacts universitaires, l'objectif de ce séjour est aussi de recueillir de la « matière opérationnelle » auprès des acteurs en charge de la gestion territoriale : collectivités, autorités portuaires, comités ZIP, Stratégie St-Laurent, etc.

Ces contacts sont facilités par l'amorce d'une collaboration, en matière de recherche, avec des collègues du Québec et du Nouveau-Brunswick.


  • Quelles sont les perspectives de cette coopération  ?

L'objectif principal consiste donc à bâtir et alimenter de nouveaux enseignements.

Au-delà, et dans la logique de l'association de l'enseignement et de la recherche, deux perspectives complémentaires se dessinent, autour des thématiques que je travaillerai lors de ma mobilité : favoriser la mobilité étudiante, dessiner un partenariat de recherche.


Mis à jour le 12 avril 2011 par Nadège SOUCHEREAU