Vous êtes ici : Accueil université > La vie des campus

Handicap

Relais handicap - Interview de Stéphane Brunat

A- A+ Aa

27 mars 2014

L’université de Nantes consacre un mois entier au festival Handi’Mix, afin de sensibiliser personnels et étudiants aux spécificités de l'étudiant en situation de handicap, trop souvent réduit à son état physique.

Handi'mix c'est 7 jours de débats, ateliers et spectacles organisés tout au long du mois d'avril pour solidariser les étudiants et personnels, et dédramatiser le handicap en animant les campus.

Le Relais Handicap de l'Université de Nantes, organisateur de l'événement, assure quotidiennement l'accueil, le suivi et l'écoute auprès des étudiants handicapés. Il réfléchit et propose aussi des solutions d'améliorations de leur vie d'étudiant.

Stéphane Brunat, le responsable du Relais Handicap à l'Université de Nantes, nous en dit plus :


  • Pourquoi et comment le festival Handi'Mix ?

"Depuis longtemps, nous souhaitions créer un moment crucial d'ouverture au handicap au sein de l'Université de Nantes. Nous n'avions pas, à l'époque, les moyens humains suffisants. Notre collaboration avec nos partenaires associatifs Handisup et UnisCité nous a permis l'organisation de ce premier festival Handi'Mix."

  • Pouvez-vous nous dévoiler les grandes lignes du programme ?

"Jeux, témoignages, mises en situation ludiques, autant de moyens d'échanges et de partages pour balayer les tabous et faire évoluer les préjugés.

J'espère que ces événements vont marquer les esprits et faire évoluer nos consciences vers un monde universitaire plus vigilant et curieux à la différence, faire comprendre que le handicap ou la maladie ne revêt pas uniquement des aspects physiques et visibles mais comprend de multiples facettes.

Bien évidemment, ce type de manifestation doit pouvoir se pérenniser pour participer à un changement de regard durable sur le handicap.

  • Pouvez-vous nous rappeler ce qu'est le relais handicap ?

"Le Relais handicap a ouvert en mars 2007 à la Maison des Services Universitaires. Il est dédié aux étudiants de l'Université de Nantes en situation de handicap, quelle que soit leur filière. Il répond à la volonté de l'université d'améliorer l'accueil de ces étudiants. C'est un lieu d'expression des besoins étudiants, un lieu de relais."

  • Vous semble-t-il que le regard sur le handicap ait évolué au sein de l'université ?

"Il y a aujourd'hui une plus grande prise en compte du handicap de la part de l'ensemble de la communauté universitaire, notamment sur la question de l'accessibilité à l'information et aux savoirs. Je suis très sensible aux avancées techniques en la matière. Cela permet aux personnes de pouvoir bénéficier d'une certaine autonomie sans le recours systématique à une tierce personne parfois obstacle à la relation et à l'évolution personnelle."

  • Sept ans après la création du Relais handicap, vos missions ont-elles évoluées ?

"De nouvelles problématiques relatives à des situations de handicap dites "invisibles" sont apparues, comme par exemple la révélation des troubles du langage écrit... Nous cherchons des solutions pour valoriser les compétences et les connaissances d'étudiants présentant ces troubles à travers un mode d'évaluation alternatif au traditionnel mode "écrit". Mais quel que soit le handicap, nous travaillons depuis le début sur la mise en place d'aménagements pédagogiques personnalisés."

  • Justement, quels genres d'aménagements pédagogiques sont prévus pour les étudiants en situation de handicap ?

"Les aménagements dépendent de la situation de chacun. Certains ont besoin d'un aménagement de leur emploi du temps ou d'une dispense d'assiduité pour raison de santé. Nous travaillons aussi à faciliter l'accès aux contenus des cours. L'étudiant peut ainsi disposer d'un preneur de notes dépêché par Handisup, association étudiante prestataire depuis la création du Relais. Nous avons également développé un système nommé "appel à contribution solidaire" consistant à récupérer auprès des étudiants pairs les notes de leurs cours pour leurs camarades malades ou en situation de handicap. Dans ce cadre, la plateforme Madoc, qui permet aux enseignants de déposer leur cours en ligne, est très utile, et j'incite tous les enseignants à l'utiliser encore davantage."

  • Et en dehors de ces aménagements pédagogiques, existe-t-il d'autres types d'aménagements, sur les campus  par exemple ?

"Le programme de mise aux normes d'accessibilité aux bâtiments de l'université a démarré en 2010, nous avons depuis intégré un ascenseur dans le bâtiment de la scolarité de Lettres et Sciences Humaines, ouvrant l'accessibilité des services. 

L'accès aux ouvrages dans les Bibliothèques universitaires a été amélioré avec l'achat de matériel pour les personnes déficientes visuelles. Nous avons mis en place un délai supplémentaire d'emprunt, et développé les sources numériques. Nous avons intégré une salle Handimédia, à la BU de Lettres et sciences humaines entre autre. Cette salle est totalement dédiée aux personnes handicapées avec une luminosité et un aménagement particuliers, du matériel spécifique : clavier et imprimante en braille, télé-agrandisseur et scanner. Un personnel relai de la BU y est affecté. Les BU de Droit et de Santé sont également équipées."

  • Quels sont les autres projets du relais handicap à court et moyen terme ?

"Nous allons continuer le développement d'aides techniques dans les BU ainsi que le soutien technique individuel par le prêt de logiciels spécifiques en fonction de la nature du besoin (exemple : prêt de logiciel permettant la prédiction de mots ou bien encore la dictée vocale).

Nous aimerions développer davantage l'échange de bonnes pratiques avec les autres établissements. Depuis maintenant 4 ans, les échanges en la matière avec le Rectorat, et les universités du Maine et d'Angers sont extrêmement fructueux et nous aimerions les élargir au plan national en accueillant l'ensemble des acteurs de cette thématique sur Nantes pour une journée de partage d'expériences."

 


Contact :
Stephane Brunat

Mis à jour le 31 mars 2014 par Camille VERRON