Vous êtes ici : Accueil université > La formation > Découvrir nos formations > Comprendre le LMD

Question ? Réponse !

A- A+ Aa

Que veut dire LMD ?

Trois lettres : L pour Licence, M pour Master, D pour doctorat. Trois diplômes nationaux, trois grades, trois cycles de formation. L'architecture LMD des enseignements se veut commune à tous les pays appartenant à l'Espace Européen de l'Enseignement Supérieur.

Quelle différence entre licence générale et licence professionnelle ?

La licence générale offre comme perspective la poursuite d'études en master ou la présentation à un concours de recrutement (concours administratifs ; concours de l'enseignement comme le CAPES ou le CAPE). Elle se déroule sur 6 semestres après le baccalauréat. La licence professionnelle vise une insertion professionnelle directe : elle prépare à un métier, dans un secteur d'activités précis. Elle se déroule sur 2 semestres après deux premières années d'études supérieures (L1-L2, DUT, BTS, etc.)

Les modalités de contrôle des connaissances qui existent actuellement en DEUG et en licence vont- elles changer dans les nouvelles licences ?

Elles vont évoluer pour tenir compte de la nouvelle structure des enseignements. Chaque parcours de formation de licence est constitué d'unités d'enseignement. Chaque unité d'enseignement validée donne lieu à l'obtention d'un certain nombre de crédits ECTS. Un semestre correspond à 30 crédits ECTS. La licence représente donc 180 crédits. Il y a plusieurs niveaux de compensation des notes : au sein de chaque unité d'enseignement, au sein de chaque semestre et au sein de chaque année de licence. En revanche, il n'y a pas de compensation globale sur l'ensemble des trois années de la licence.

Les anciens diplômes de maîtrise, DESS, DEA disparaissent-ils ?

Les DESS et DEA disparaissent et sont remplacés par les secondes années de masters. Le diplôme national de maîtrise continue à être délivré et sanctionne la première année, validée, d'un parcours de master.

Fera-t-on de la sélection en Master ?

L'accès en première année de master sera de droit pour tout étudiant titulaire de la licence, dans le même domaine. L'accès en deuxième année fera l'objet d'un examen par une commission d'admission. Elle évaluera les acquis de l'étudiant et examinera son projet personnel. Elle les confrontera aux prérequis jugés nécessaires et aux objectifs du master.

Les diplômes restent-ils nationaux ?

Oui, les licences, masters et doctorats sont des diplômes nationaux. Comme par le passé, l'Université doit soumettre les maquettes de ses diplômes au Ministère de l'Education Nationale dans le respect des règles nationales. La mise en place de ces formations est soumise à accord préalable du Ministère.

Le rattrapage va-t-il être supprimé ?

Non. La seconde session d'examen (" rattrapage ") continuera d'exister. Les élus étudiants ont cependant lancé un débat pour savoir s'il devait toujours s'effectuer en septembre ou être avancé en juin avec 2 à 3 semaines de remise à niveau.

Les droits d'inscriptions vont-ils augmenter à cause du LMD ?

Non, les deux ne sont pas liés. Le Ministère arrête le montant des droits d'inscription chaque année nationalement et aucun changement de cette procédure n'est envisagé.

Qu'est-ce que cette réforme va apporter ?

La réforme va offrir plus de souplesse dans les parcours grâce à une organisation des enseignements en semestres et à l'existence de passerelles entre les parcours. Elle doit également permettre davantage de mobilité en France et en Europe grâce à l'organisation en UE, à l'utilisation des crédits et à une architecture basée sur trois grades communs aux pays de l'Espace Européen de l'Enseignement Supérieur (Licence, Master, Doctorat). Cette architecture rendra également plus lisible pour tous (étudiants, familles, professionnels...) les niveaux de formation.

La nouvelle licence est-elle semblable à l'ancienne licence ?

Dans le cadre du LMD, la licence sanctionne un parcours cohérent de formation sur 6 semestres (licence générale) ou sur 2 semestres après un bac+2 (licence professionnelle). Le niveau de formation final est donc identique à l'ancienne licence. Pour la licence générale, le parcours constitue une unité sur l'ensemble des 6 semestres avec définition progressive de l'orientation de l'étudiant. Chaque licence est positionnée dans un domaine. La licence générale est assortie d'une mention, éventuellement d'une spécialité. L'intitulé de la licence professionnelle comporte une dénomination nationale suivie d'une option propre à l'établissement qui l'organise.

Le DEUG disparaît-il ?

Non, le diplôme national de DEUG continue d'être délivré, il sanctionne les deux premières années, validées, d'un parcours de licence.

Et les Masters ?

Les masters proposent des parcours de formation sur quatre semestres (deux ans) après une licence générale. Ils remplacent les cursus " maîtrise+DEA " ou " maîtrise+DESS ". La validation du master correspond à l'obtention de 120 crédits ECTS. Un master propose un parcours cohérent sur deux ans avec un objectif bien identifié : soit une entrée dans le monde professionnel, soit une poursuite en études doctorales. Il s'appuie sur l'expérience d'une équipe d'enseignants-chercheurs et réalise un lien entre formation professionnelle et recherche. L'ensemble des masters se structure en domaines, mentions et spécialités.

Pourquoi remplacer les Maîtrises, DESS et DEA par des masters ?

Le master est un terme plus lisible que Maîtrise, DESS et DEA. Il est communément admis au sein de l'Espace Européen de l'Enseignement Supérieur et déjà connu d'un certain nombre d'acteurs (exemple : les entreprises). La cohérence du parcours sur deux ans et le lien entre formation et recherche sont de plus clairement affirmés.

Qu'est-ce que le Doctorat ?

C'est un diplôme qui sanctionne un travail de recherche original mené durant trois ans dans une équipe universitaire ou dans un organisme de recherche ou dans une entreprise.

Quel est l'intérêt des crédits ECTS ?

Ce système est commun à toutes les universités européennes. Il permet de disposer d'une même unité de compte, sorte de " monnaie d'échange commune". La reconnaissance du parcours réalisé par l'étudiant dans n'importe quelle université européenne est alors facilitée.

Le système LMD signifie-t-il une formation " à la carte " ?

Non, si l'étudiant bénéficie effectivement de possibilités de choix plus grandes que dans l'ancien système, avec existence de passerelles, son parcours est à conduire dans le cadre d'un parcours type défini pour chaque diplôme. Par ailleurs, toute adaptation individuelle particulière reste soumise à l'accord préalable de l'équipe pédagogique.

Mis à jour le 20 janvier 2012 par Bruno BELLET

questions ? réponses !